laurent_strobist_1

Laurent (« Apprendre la photo.fr ») : « Je ne suis pas un photographe professionnel mais je suis un professionnel de la photo »

Dernièrement j’ai eu le plaisir d’interviewer Laurent Breillat, un jeune blogueur et photographe de 25 ans qui a lancé en juin 2010 un blog devenu peu à peu une référence dans le monde de la photographie amateur sur internet : apprendre-la-photo.fr (140 000 visiteurs uniques par mois !)

Destination Reportage : Tu es aujourd’hui une référence des blogs sur internet, comment en es tu arrivé là ?

Laurent Breillat : Lorsque j’ai lancé mon blog en 2010, j’étais encore en Master 1 à la fac et je venais juste de commencer la photo. En fait, j’avais à peine deux mois de photo derrière moi. Mais c’était toujours deux mois de plus que beaucoup d’autres personnes. Je me suis beaucoup renseigné sur internet et je n’ai pas réussi à trouver des informations autrement que sur des blogs anglophones. J’ai donc décidé de me lancer. Au début j’écrivais deux articles par semaine et je n’ai pas arrêté, tout en continuant à tout bien expliquer et en me mettant à chaque fois à la place du lecteur. Et j’ai finalement trouvé mon public !

Tu as donc commencé la photo en amateur. Est ce que tu te considère aujourd’hui comme un professionnel ?

Je ne suis pas un photographe professionnel mais je suis un professionnel de la photo. Je ne vends pas mes images, cela ne m’a jamais intéressé. Ce que j’aime c’est partager ma passion. Quand on arrive à se faire plaisir en photographie, on peut s’épanouir. Aider les gens à faire de meilleures images, c’est ma façon de contribuer à leur épanouissement.

Laurent Breillat Destination Reportage

On parle beaucoup de « crise » dans le milieu de la photographie professionnelle. Quelle est ton point de vue à ce sujet ?

J’en entends beaucoup parlé en effet, et je le comprends. Il est très facile aujourd’hui de progresser rapidement en photo. Il y a beaucoup d’informations sur internet et le matériel n’est pas si cher que cela, c’est à la portée de tout le monde. Maintenant cela peut être problématique pour les professionnels. Je ne dirai pas qu’il y a une concurrence déloyale car je n’aime pas le mot, mais plutôt qu’il y a un déséquilibre. Les choses changent et les professionnels ont du mal à s’adapter. Aujourd’hui tout le monde à un appareil photo avec les smartphones, et il y a de plus en plus de photos qui se font. Ce qui est bien et pas bien à la fois, car il y a de plus en plus de mauvaises photos mais aussi de plus en plus de bonnes photos. Je trouve cela génial qu’il y ait de la création.

Que peuvent faire les professionnels face à cette évolution ?

C’est à eux de trouver une solution et de s’adapter. Quand tu es entrepreneur, tu prends des risques et tu dois parfois t’adapter. Cela ne sert à rien de râler, car ça continue, même si tu râles ! Aujourd’hui, de plus en plus de photographes « pros » se tournent vers l’enseignement, ce qui est une façon de profiter de cette évolution. Mais former les gens, ce n’est pas pareil que vendre des images. Il faut être pédagogue et cela n’a rien à voir avec le nombre d’années de photo que tu as ou si tu as déjà vendu à des rédactions. Au fond, on est tous l’expert de quelqu’un et les connaissances, bien que nécessaires, ne sont pas toujours suffisantes pour être un bon professeur. Quelque part, le fait de ne pas avoir 20 ans de métier est même un avantage pour moi, car je peux me mettre plus facilement à la place de mon élève.

Tu as mis au point une formation « devenir un photographe accompli », peux tu nous en parler ?

Il s’agit d’une formation en ligne de 7 mois, lors de laquelle je propose une vidéo par semaine à l’élève, de sorte à ce qu’il soit obligé d’appliquer ce qu’il apprend. Je prends les gens à la base, ils peuvent avoir acheté leur appareil la veille, et je les amène au stade de ce que j’appelle, un photographe accompli, c’est à dire qui arrive à se faire plaisir. Je n’ai pas la prétention de leur permettre de devenir « pros », mais de les amener sur la bonne voie, en avançant de façon structurée et progressive.

Laurent Breillat Destination Reportage

Tu viens de lancer les inscriptions pour la 5ème édition, on peut parler de succès !

En effet, c’est la 5ème promotion et on a dépassé les 3500 élèves depuis le début de l’aventure. Depuis deux mois, j’ai d’ailleurs une assistante qui m’aide à répondre aux mails (inscriptions, problèmes techniques sur le site, etc), mais pour tout ce qui est questions sur la photo, je suis toujours seul derrière le clavier !

Avant cette formation, tu as écris plusieurs livres

En effet, au tout début j’ai écris un ebook, qui a plutôt bien marché, puisqu’il s’est vendu à un peu plus de 450 exemplaires lors de son lancement. Il s’agissait d’un livre pour apprendre à bien choisir son objectif. Je l’ai ensuite adapté pour faire deux versions papiers, l’une pour les montures Nikon, l’autre pour Canon.

Si tu avais un seul conseil à donner aux internautes qui lisent cette interview, qu’est ce que ce serait ?

Je dirais qu’il faut avoir en tête ce que l’on veut faire en photo. Il faut être en phase avec ses émotions, les bons photographes sont des gens sensibles. On rentre dans la sphère du développement personnel, mais c’est la sensibilité qui fait le style et qui fait que l’on passe d’un bon photographe à un excellent photographe.

Pour aller plus loin et découvrir les conseils de Laurent, rendez-vous sur son blog « apprendre-la-photo.fr »

                      

Categories Monétisation Photojournalisme